Paroles d’Acadie et d’après
poèmes, Éditions Asticou, Hull, 1982.

« Ce recueil, composé de deux suites est également un journal collectif des Acadiens révoltés, aliénés et déracinés des vingt dernières années. (…) Guy Jean nous apporte un autre témoignage précieux de cette Acadie qui se réveille pour vivre pleinement son destin en terre d’Amérique. »

(Edwin Hamblet, French Review, 1984)

 J’ai péché de douleur
pour libérer les grands oiseaux
qui me broyaient les entrailles
de leurs ailes

impatientes de vol 

5 $ (+ 4$/frais de livraison)

Terres frontalières du quotidien

poèmes, (six photographies/traitement organique de Pierre St-Jacques), Écrits des Hautes-Terres, Ripon, 1999.
À la fois nostalgique et lucide, ce recueil nous plonge dans un univers de tendresse crue où la voix singulière de l’auteur nous entraîne dans un parcours initiatique dans les labyrinthes de la mémoire. Se pourrait-il, après tout, que chaque jour soit neuf?
(4e de couverture)

Contre la clôture de bois
solitude fuchsia d’un pois de senteur
Au mur de la maison
pétales rouge vin sur blanc, pistils orangés
les lys imposent leur parfum
de messe de Pâques
de femmes en fête

 

14,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Et l’eau répondit…

illustrations de Janet Fredericks,
Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 2006.
« Guy Jean, lui a un rapport privilégié avec l’eau. Le poète qu’il est l’a vue et l’a vécue en torrent et en ruisseau. Dans son enfance, il s’en souvient, sa surface traquille lui renvoyait des images. Alors, un jour, il lui a parlé. Et l’eau répondit… Un merveilleux recueil de poèmes illustré. »
(Gérald Alexis, Nuit blanche)
L’eau danse avec le soleil
un tango nerveux
sur les murs du réveil
oiseau migrateur
j’y trace mon chemin
méduse
je laisse à l’eau de la nuit
les empreintes de mes rêves.

 

24,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Janet Fredericks / Guy Jean, Et l’eau répondit… / And water answered

catalogue bilingue de l’exposition « Et l’eau répondit… » présentée à la galerie Montcalm de la Ville de Gatineau et au T.W. Wood Gallery and Art Center, Montpelier, Vermont, 2006.

« Dialogue en apnée : Entre ruisseau et rivière navigue le nouvel ouvrage de Guy Jean, Et l’eau répondit. Il s’agit du catalogue d’une exposition multidisciplinaire présentée à Hull par l’écrivain et l’artiste Janet Fredericks, publié aux Écrits des Hautes-Terres, en collaboration avec la galerie Montcalm. Une immersion dans les profondeurs de la conscience. »
(Nuit Blanche, no 103, par Yvon Poulin et Judy Quinn)

Dessins et poèmes acquis dans la longue fréquentation des berges, des courants, du lit de boue, sable, cailloux, mousse, schiste, des sons et mouvements multiples et constants, de la glace tranquille en hiver.
Janet Fredericks et Guy Jean – « Et l’eau répondit… »
exposition

15 $ (+ 4$/frais de livraison)

If I were born in Prague

poèmes de Guy Jean, traduction en anglais par Katie Farris et Ilya Kaminsky, Argos Books (USA), 2011.

« Guy Jean carries an evolved version of the troubadour torch, reading like a present-day Villon, with idealistic and romantic visions haunting his imagination. A remarkable, brief collection, unassuming in its small glory. »
(Hey, Small Press! A Newsletter for Public Libraries)

If I were born in Florence
I’d become a painter of the massacre of the holy innocents — their
slaughtered bodies at their mothers’ feet in Iraq.
I’d draw the Virgin’s silent hands without a face.

10 $ (+ 4$/frais de livraison)

Mourning Ploughs the Winter

de Guy Jean, traduit en anglais par Katie Farris et Ilya Kaminsky, Marick Press, Grosse Pointe Farms, MI, USA, 2e édition (couverture rigide et souple) 2013.

A poet whose work combines the centuries old Acadian tradition with contemporary French poetics, Guy Jean gives us here a haunting work of unforgetable lyricism. These poems are unafraid to play, but also give their reader a mythic sense of place and belonging. In these gorgeous translations by Katie Farris and Ilya Kaminsky, English readers will discover the poet who has been called “present-day Villon.”

A whisper. A whisper. A whisper
I have left on her skin
Come morning: it is her scent I hear
under my work clothes.

14,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Sur le fil tendu des amours

poèmes, (six dessins d’Albert Jean), Écrits des Hautes-Terres, Ripon, 1998.

L’auteur pose ici un regard d’une grande tendresse et d’une implacable lucidité sur l’expérience amoureuse. Voltiges des caresses, corps en émoi, pensées assassines et échappées vers les amours inavouables s’entremêlent dans un réalisme cru, fort bien servi par une écriture dénudée où s’exprime l’urgence de dire, et de dire juste.
(4e de couverture)

Ce soir nous jouons au printemps
comme d’autres jouent au parchési
sur le poêle une soupe chaude
au salon un bouquet de fleurs sauvages
ta main inscrit ses secrets dans la mienne
pleine des rires pourpres du vin
nous revêtons la nudité lucide des animaux.

14,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Du sang sur les astilbes


poèmes, (sept dessins de Baudoin),
Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 2003.

« Cet amalgame dégage une vitalité où l’intelligence et la sensibilité s’animent pour atteindre le sentiment d’horreur et de pitié par lequel se définit proprement le tragique. La forme épurée contribue aussi à nous faire respirer l’air raréfié où se combinent le plaisir et l’angoisse que suscitent les représentations du destin. Il reste que la note finale dégage une sérénité que justifie la confiance dans le pouvoir des mots. On n’en attendait pas moins du poète. »
(Hélène Thibaux, « À livre ouvert », Art Le Sabord, no. 67)

Émission Vues d’artistes, Radio-Canada Ottawa-Gatineau,
15 et 17 octobre 2003

14,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Les blanches feuilles où dansent nos âmes

Guy Jean et Baudoin, Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 2005.

Ce livre retrace une expérience insolite de création-improvisation interactive entre un poète de grand talent, Guy Jean, et un bédéiste de renommée internationale, Edmond Baudoin. Au fil des pages, on reste étonné de la maîtrise dont les deux créateurs font preuve instantanément, dans leurs arts respectifs.

(4e de couverture)
Les perce-neige imposent leur couverture sur la fatigue du paysage.
Je me coucherai sur la terre en rut
pour oublier la guerre
rêver aux amours à cueillir
donner sève aux amours vieillies.
La neige fond vite
bientôt je verrai ton visage.

Non disponible

Absence

Poèmes / Guy Jean, estampes numériques / Denis Charland, Éditions d’art Le Sabord, Trois-Rivières, 2010.

« Absence réunit les poèmes de Guy Jean et les estampes numériques de Denis Charland dans un jeu d’émouvances, notamment bercées par les évocations visuelles d,une ville baignée par les flots, mais surtout par les flux et reflux pregnants du souvenir de l’autre. Du vide de l’absente. (…) Certains passages s’avèrent particulièrment beaux, chargés d’un symbolique qui résonne : je me fais pierre / brise le mur de la gravité / remonte à la lumière / en un pays / dont elle ignore le continent. ».
(Valérie Lessard, Le Droit)

mon amour s’élance dans le vide
laissé par elle
m’entraîne corps et esprit
la chute au noir
si longue, si lourde

je me fais pierre.

20.00 $ (+ 4$/frais de livraison)

En partance

Éditions d’art Le Sabord, Trois-Rivières, 2010.

En partance, c’est la recherche au cours de voyages du souffle humain tissé entre l’heure et le lieu. C’est l’exploration de l’âme humaine dans ses amours, sa violence, ses espoirs et ses vélléités. C’est une écriture à fleur de silence faite pour être dite. C’est une écriture transie de l’accouplement indécis de la vie et de la mort..
(4e de couverture)

Ton amour, trop dense, ne se digère pas
il entre dans les os
s’installe comme un gardien de nuit
prend la forme de ce qu’il voit.
Femme, bois mes cendres.
Je veux mourir mon éternité en ton corps.

14,95 $ (+ 4$/frais de livraison)

Fossiles qui gisent en mes rêves,
poèmes archéologiques

Éditions Perce-Neige, Moncton,
Nouveau-Brunswick, 2014.

Par sa poésie lyrique, Fossiles qui gisent en mes rêves propose une réflexion originale par laquelle le corps humain s’exalte dans ses rapports fusionnels avec la terre et ses origines.

J’ai mis mémoire
dans l’éclatement de la matière
la naissance des astres et galaxies
pour allumer une étoile en mon cerveau
allumer mes mots

« […] De ses mots, Guy Jean fait tour à tour la truelle exploratrice et le tamis révélateur de l’archéologue.[…] Le poète tend également l’oreille à lamusicalité de ce qui sourd de lui, de son sang, et des éléments qui l’entourent […] Un recueil tout en finesse et en lucidité. »
(Valérie Lessard, Le Droit, 25 janvier 2014)
« […] Sans tomber dans la rhétorique, Guy Jean nous fait prendre conscience dans ses vers que nos idéologies agissent souvent en trompe-l’œil face à ce que nous sommes vraiment : des êtres de chair et de sang issus d’une naissance accidentelle. »
(Patrick Voyer, La Revue Info07, 22 janvier 2014)

17,95$